Quel que soit
votre passé

CRC Maison Painchaud

Favoriser la réinsertion sociale

La Maison Painchaud est un Centre Résidentiel Communautaire (CRC) situé dans le quartier Limoilou, à Québec. Notre mission est d’accueillir une clientèle adulte judiciarisée et d’offrir de l’hébergement, de l’encadrement, des services de soutien et d’accompagnement dans le but de favoriser la réinsertion sociale et ce, tout en assurant la protection de la société. Notre clientèle provient des centres de détention et des pénitenciers situés dans la province de Québec.

L’intervention y est personnalisée et vise la prise en charge responsable de l’individu dans la communauté, ainsi que l’acquisition d’habiletés relationnelles et sociales. Un programme thérapeutique, la recherche d’emploi, le retour aux études, le bénévolat, les loisirs sont autant de moyens préconisés pour favoriser la réinsertion sociale.

En savoir plus

Témoignages

  • Les chemins difficiles mènent souvent à de merveilleuses destinations.

    Dalaï Lama

  • Après une période en pénitencier, l’arrivée à un nouvel endroit m’inquiétait. Le personnel m’a accueilli chaleureusement et surtout sans aucun jugement. Elles ont même su répondre aux interrogations de mes filles, qui m’accompagnaient. Merci!

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Je suis âgé de 55 ans. Multirécidiviste, j’ai amorcé une réhabilitation au pénitencier. J’ai demandé à venir à La Maison Painchaud, car je savais que j’avais besoin d’un bon encadrement et que j’avais besoin d’aide pour régler mes problèmes d’émotion qui sont mon déclencheur à mes récidives passées.

    Ici, mon agente m’aide beaucoup, m’écoute et m’amène à faire des réflexions sur mes comportements passés et sur mon futur. Il y a des règles strictes à respecter, c’est ce que j’avais besoin. Avoir une routine me permet de m’adapter à la vie en communauté et m’amène à être un citoyen respectueux des lois et des règles en société. Au début, je demandais beaucoup au personnel. Ils ont été patients avec moi. Ils auraient pu me retourner en prison pour un manquement, mais ils ne l’ont pas fait. Ils m’ont plutôt amené à réfléchir à mes comportements. Sans leur aide, je ne serais pas ce que je suis en train de devenir. La Maison Painchaud n’est pas parfaite, mais ils ont les outils pour ceux qui veulent vraiment s’en sortir. Je ne vois pas mon agente comme une menace, mais comme une bonne oreille et une personne pour me conseiller. Pour ce qui est de l’hébergement, c’est très bien. On est chanceux. En plus, ils ont des activités comme le yoga une fois par semaine et bien d’autres choses. Pour moi, c’est rassurant d’être ici et ça fait peur de retourner en collectivité. Ils m’aident à me préparer à ça.

    J’avais besoin de passer ici. Merci aux intervenants et aux administrateurs du CRC Painchaud

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Quand je suis arrivé à La Maison Painchaud le 27 décembre 2018, j’avais un sursis de 18 mois dans la collectivité à purger. Après plusieurs manquements, j’ai été incarcéré deux mois. La Maison Painchaud offrait un programme pour la violence et l’impulsivité, surtout pour mon comportement délinquant. J’ai opté pour le programme Départ-VI avec une femme formidable qui me semble une personne de coeur. Elle a su creuser plus profond que ma thérapie fermée de sept mois. L’approche, je la sentais vraie. Son vouloir et sa détermination m’ont permis de façon plus large à me voir et à me comprendre, et à comprendre d’où vient mon impulsivité.

    Merci à toute l’équipe de La Maison Painchaud qui a été patiente avec moi et qui a cru que je pourrais y arriver, ce qui est le cas à présent. Leur professionnalisme et leur détermination m’ont permis de voir mon passé.

    Anonyme, résident provincial sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Malgré des débuts chaotiques, un encadrement difficile, mais nécessaire, mon séjour à La Maison Painchaud m'a aidé à travailler sur moi-même, à me connaître un peu plus, à savoir demander de l'aide. Ça m'a aidé à cheminer pour ne pas retomber dans les pièges de la criminalité.

    Le programme correctionnel est adéquat et les outils qui m'ont été partagés sont de très bonnes ressources à conserver. J'ai appris à faire confiance.

    Toutes les démarches ont été bénéfiques malgré ma réticence éternelle, ma difficulté à faire confiance. Je vois l'avenir de façon positive.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Mon passage à La Maison Painchaud m'a permis de reprendre ma vie en main et de reprendre confiance en moi! Vous avez accepté de me prendre sous votre aile pour m'aider à passer au travers d'une période difficile de ma vie. Le soutien moral a été important pour moi au cours de mes démarches et de ma recherche.

    Je vous remercie tous pour l'excellent travail et les bons conseils que vous m'avez donnés. Merci pour votre soutien.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Durant mon incarcération, j'avais entendu plusieurs histoires au sujet des maisons de transition. Souvent, ce n'était pas les meilleures... À mon arrivée à La Maison Painchaud, je ne savais pas à quoi m'attendre. Finalement, après ma première rencontre, j'ai réalisé que mon six mois à faire ne serait pas si terrible! Dès ma première semaine, je me suis trouvé un emploi et, depuis, je n'ai pas arrêté! Cela m'a beaucoup aidé, car le temps a passé vite!

    Je suis maintenant à 26 jours de mon départ et je peux affirmer que tout ce que j'avais entendu dans le passé n'était que le mauvais côté de la médaille!

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Je suis arrivé ici le 20 décembre 2017.

    D'abord, les repas préparés sont numéro 1. Ils sont vraiment délicieux! La Maison Painchaud, avec son chauffage à l'eau chaude, est très confortable!

    Les programmes offerts sont très intéressants. Les agentes ont beaucoup de compétences et d'expérience. Les intervenantes sont super gentilles et la mienne est compétente, patiente et on peut ajouter plusieurs autres qualités. Tout le personnel est vraiment A1. Félicitations!

    On a des sorties dont j'ai besoin chaque jour. On a une certaine liberté et je l'apprécie beaucoup.

    Néanmoins, il a été difficile de m'adapter à La Maison Painchaud au début, mais après quelques mois, ça va beaucoup mieux. C'est une question d'adaptation personnelle!

    En résumé, depuis le 20 décembre 2017, je ne vois rien de négatif ici. Du positif seulement!

    Anonyme, résident provincial sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Je suis résident à La Maison Painchaud depuis le 13 mai 2016. Pour vous décrire mon séjour, depuis mon arrivée jusqu'à aujourd'hui, il me faudrait plusieurs pages, mais je vais vous donner un bref résumé.

    À ma première journée ici, j'étais confus, inquiet et méfiant, car j'étais dans l'inconnu, avec toutes les consignes que je n'étais pas habitué d'avoir dans ma vie, comme par exemple : les rapports téléphoniques, les rapports aux déplacements, les rencontres, être obligé de demander ma médication, et devoir me dévoiler, me confier à des personnes que je ne connaissais pas, et en plus, dans une ville que je ne connaissais pas.

    Il a fallu que j'explore, que je découvre, alors que je vivais des angoisses, de la panique et de la peur (de ne pas arriver à temps, de ne pas trouver un téléphone pour appeler et de na pas connaître tous les endroits où aller). C'était paniquant! Entendre chaque histoire bien différente de certains résidents qui venaient parfois amplifier mes pensées... J'ai dû faire le choix de parler seulement avec ceux qui étaient plus positifs.

    Pour moi, c'est quand j'ai accepté certaines choses que mon optique, ma vision de l'avenir, a commencé à changer. Presque tout devenait positif pour moi, et j'ai cru au service et à l'aide que j'avais à proximité. J'ai accepté de les prendre pour moi et pour moi seul. À travers tout cela, j'ai quand même vécu l'enfer, surtout quand j'ai été « remonté », comme on dit dans le langage d'ici (autrement dit, quand je suis retourné en détention). Cette période est ancrée dans mon subconscient pour le restant de mes jours. Je ne souhaite pas cela à mon pire ennemi. Ouf, ouf! Je ne voudrais pas, pour tout l'or du monde, revivre ça!

    Quand mon optique et ma vision des choses ont changé, j'ai vu le privilège qui se présentait à moi. Dans les rencontres, j'allais chercher le positif. Je travaillais plus sur moi-même et sur mon plan d'action, ce qui incluait m'auto-observer, mettre en pratique les outils, persévérer, ne pas lâcher et faire confiance. Aller de l'avant, pas à pas, pour moi, c'est la clé de la réussite et c'est un travail quotidien.

    Quand on regarde le positif de la maison de transition, on réalise qu'on mange bien, de bons repas chauds, on dort dans des lits confortables, il y a une bonne hygiène et on bénéficie de belles activités de groupe. Tout cela est beau, mais le plus beau pour moi, c'est que j'ai appris, avec toute l'aide et les rencontres chaque semaine (avec mon intervenante), même si elles ont parfois été très pénibles et difficiles, à mieux me connaître, à être authentique et à me placer à la place de l'autre, à avoir de l'empathie et de bons outils pour continuer le travail amorcé pour mon avenir, et surtout, pour ne jamais plus revenir à la case départ et pour être un citoyen encore meilleur.

    Permettez de nous dire que j'ai eu des moments très durs et très difficiles ici. Quand j'ai commencé à travaillé mon intérieur, j'ai pleuré, j'ai vécu des émotions atroces de honte et de tristesse, des angoisses, des peurs, mais cela m'a permis de voir plus de lumière au bout du tunnel.

    La Maison Painchaud, oui, c'est une transition;
    La Maison Painchaud, oui, c'est parfois difficile;
    La Maison Painchaud, oui, ça marche, si vraiment tu acceptes l'aide!

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Painchaud, 29 décembre 2015.

    Je débarque après plusieurs années d'incarcération. J'avais une idée de ce que serait ma vie en maison de transition. Très vite, je me suis rendu compte que je me trompais. Les premiers jours ont été un choc. J'avais des attentes peut-être un peu trop grandes et une vision non conforme d'une semi-liberté. Par contre, j'étais en communauté et je me devais de me conformer à cette nouvelle réalité. Mon intervenante, qui n'était pas nécessairement facile d'approche (c'était ma perception), m'a mis à l'aise et bien qu'étant une personne qui sait ce qu'elle veut et que demande pour l'obtenir, j'ai parfois frappé un mur, si je puis dire ainsi.

    Au fil des jours, j'ai appris à connaître les divers intervenants de La Maison Painchaud et j'ai développé une agréable relation avec l'équipe. Parfois, même souvent, j'ai été désappointé, pas vraiment à cause de la résidence, mais parce que je manquais d'une certaine ouverture ou, comme dirait une personne que je ne nommerai pas, à cause de ma rigidité. Je dis cela en riant aujourd'hui, car elle n'avait pas tort.

    Bien que je parle d'aspects négatifs dans les lignes précédentes, il a beaucoup de positif et de rires à Painchaud. Les intervenants nous motivent et nous poussent dans ce que nous devons travailler sur nous-mêmes. Les différences sont encouragées et même souhaitées. En ce qui me concerne, l'arrivée fut un peu pénible, mais oh combien enrichissante sur le plan personnel!

    Merci à toute l'équipe pour votre soutien.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • La Maison Painchaud ne s'est pas présentée comme l'inéluctable destin qui griffe sa réprobation à mon égard. L'organisme fut ouvert à s'investir avec moi dans un partenariat, tant au plan de ma problématique qui justifie ma présence en ce lieu, qu'à celui de la réclamation de mon autonomie pour obtenir des résultats probants qui sont toujours, aujourd'hui, en mouvance, afin d'optimiser mes champs de compétence sociaux, personnels et professionnels.

    Impossible ici de passer sous silence le rôle prédominant que joue mon intervenante dans cette avenue concrète. Je ne pourrai jamais la remercier assez pour tout ce qu'elle a fait pour moi. Force m'est de constater qu'effectivement, et selon ses dires, je suis le premier responsable du changement de ma conscientisation à me redéfinir. Sans appui, la cible serait, sans contredit, on ne peut plus laborieuse à atteindre. C'est donc en amont qu'elle est un pilier dans le processus opératoire de mon facteur de reconstruction. Son écoute et son regard sur l'ensemble de ce qui peut me décrire le mieux se fait sous le joug de respect qui n'est pas, nul besoin de le préciser, à sens unique.

    Le personnel partage également, le temps d'un aide précieuse, d'une interrogation qui m'habite ou d'un bonjour (ce qui, pour moi, c'est jamais un geste banal), mon quotidien ici. À toutes ces personnes, je suis redevable, car elles m'acceptent tel que je suis. Je suis aussi redevable à toute la direction et à tous ceux et celles qui font partie de mon processus de réhabilitation. Ah! J'oubliais, chapeau bien bas aux cuisiniers, qui m'aident plus qu'ils peuvent le penser.

    Et, pour la conclusion, un petit mot de cinq petites lettres : MERCI!

    Anonyme, résident provincial sur la voie de la réhabilitation social

  • Ce qui m'a le plus surpris à mon arrivée à Painchaud n'est pas le fait que je me retrouvais enfin libre ni le fait que je pouvais maintenant penser par moi-même. Ce qui m'a le plus déstabilisé a été le silence et une impression de sécurité. En prison, ces deux facteurs n'ont pas lieu d'être. Il m'a fallu quelques jours pour m'adapter, car passer d'un environnement hostile à un environnement totalement différent prend du temps, et c'est ce pour quoi les maisons de transition comme Painchaud existent (à mon point de vue).

    Il y a maintenant deux mois que j'habite cette maison et je constate une multitude de changements sur mon comportement, car, pour quelqu'un qui veut s'en sortir et rebâtir sa vie, il faut beaucoup de volonté et quelques fois, ce n'est pas suffisant. Avec l'aide des intervenants et des intervenantes, cette tâche devient beaucoup plus simple.

    J'ai suivi un programme qui m'a aidé à gérer mes problèmes comportementaux, et ce que est bien dans ce genre de thérapie, c'est que ce n'est jamais terminé. Une fois la source du problème trouvée, on a toute notre vie pour y travailler. Et à Painchaud, il y a quelques « règles non écrites », comme avoir la volonté de s'en sortir, être honnête envers soi-même et les autres et surtout parler aux intervenants et aux intervenantes, car chacune des ces personnes voit les choses différemment, ce qui donne plusieurs solutions à un même problème. Le simple fait de se sentir écouté règle la moitié du problème.

    Anonyme, résident provincial sur la voie de la réhabilitation social

  • Si j'écris ces lignes aujourd'hui, c'est que je suis sorti des mauvais choix que j'ai pu faire : la boisson et la drogue m'ont nui énormément. J'ai suivi, avec succès, les programmes Compas, Dilemme et Cyprès. Avec ces programmes, j'ai compris pourquoi je me mettais toujours les pieds dans les plats. Vous m'avez prouvé que j'étais capable de m'exprimer et de demander de l'aide quand j'en avais besoin.

    Votre métier est dur et ingrat, mais je sais que vous êtes là pour nous aider et non nous nuire. Je ne sais pas où je serais dans ma vie sans votre aide. Vous m'avez écouté et aidé à redevenir moi-même. Merci!

    Aujourd'hui, je fais des AA et des NA, je vais à tous mes rendez-vous médicaux, je fais du bénévolat et de la mise en forme. J'occupe mes journées.

    Je suis reconnaissant envers vous, La Maison Painchaud, pour m'avoir montré le chemin de la discipline. J'ai appris à prendre soin de moi.

    Anonyme, résident provincial sur la voie de la réhabilitation social

  • La présente est pour témoigner de l'appréciation du séjour passé dans votre maison de transition.

    J'ai beaucoup apprécié mes rencontres privées avec mon intervenante, ses encouragements et sa compréhension de ma situation particulière. Les différents programmes offerts, comme Dilemme et l'aide à l'emploi, que j'ai particulièrement appréciés, m'ont été très utiles. L'hébergement et la nourriture sont de très bonne qualité et le personnel de La Maison, très courtois et serviable.

    Alors, je vous dis un gros MERCI pour tout.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Depuis que je suis sorti de détention, je suis allé à la maison de transition Painchaud. Dès mon arrivée, ils m'ont accueilli, ils m'ont aidé beaucoup dans tous les moments difficiles, ils m'ont aidé dans mon retour dans la société et ils m'ont encouragé dans toutes mes démarches, que ce soit pour ma formation en ébénisterie ou avec mon frère. Je suis très reconnaissant envers eux.

    En ce qui touche les installations de la maison, les pièces communes, ainsi que les aires de service sont chaleureuses et pratiques.

    Pour l'instant, je peux affirmer que mon passage chez vous aura été agréable et constructif. Mais cela est mon point de vue et n'est pas nécessairement partagé parmi les autres résidents. Tout dépend de comment on prend la vie!

    Merci pour tout!

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Avant de passer à La Maison Painchaud, je me demandais à quoi servait une maison de transition et pourquoi nous devions passer par là. Maintenant, ça fait deux mois que je suis ici. Je trouve ça important de passer pas ici pour nous rétablir dans la société.

    Ici, les intervenants sont très gentils, aimables et font un travail remarquable. Ça ne doit pas toujours être évident pour eux! Cependant, même si nous ne sommes pas toujours d'accord, nous devons comprendre qu'ils font juste leur travail et que c'est aussi pour notre bien. Ceci est ma première expérience ici et je trouve les employés formidables.

    Continuez votre travail.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • J'ai été surpris par la très grande qualité des services. Pour moi, c'est du sérieux. J'ai tout de suite eu confiance en vous! J'ai encore des problèmes à régler, mais vous me donnez de bons conseils. Grâce à vous, je serai plus ouvert. Pour moi, le CRC est un lieu où je peux être encadré et avoir du support.

    Je tiens à vous faire part de ma satisfaction. C'est très positif! Je vous remercie pour tout.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale

  • Quand on m'a suggéré un séjour en maison de transition, j'y ai vu l'occasion de quitter l'incarcération afin d'entreprendre rapidement une thérapie. Je ne savais pas que La Maison Painchaud était plus que cela.

    D'abord, on m'a accueilli sans préjugés. À l'intérieur du cadre de vie, on me permet d'être moi-même, en respectant mon autonomie dans la réalisation de ma réhabilitation et de ma réinsertion sociale. Parallèlement, face aux difficultés, je peux compter sur l'aide des intervenants. J'y trouve une écoute centrée sur mes émotions et l'orientation appropriée dans la recherche de solutions.

    La Maison Painchaud restera l'endroit où, sans crainte, j'ai entamé le deuxième acte de ma vie. Et savez-vous quoi? L'avenir est dans le futur.

    Anonyme, résident provincial sur la voie de la réhabilitation social

  • Quand je suis arrivé en transition en avril 2015, c'était pour moi une autre étape et un nouveau départ. Au début, pendant quelques jours, je trouvais ça nouveau et un peu stressant parce que je ne savais pas si j'allais surmonter tout ça. Au fil des jours, je me suis habitué et je me suis mis à l'idée de travailler sur moi, comme gérer mon stress, mon anxiété, éviter de m'automutiler, avoir un emploi et avoir mon chez-moi.

    J'ai eu beaucoup d'aide grâce à mon intervenante, à qui je dois beaucoup de remerciements pour son dévouement, sa compréhension. C'est la même chose pour les membres de l'équipe de La Maison Painchaud, qui m'ont supporté et qui m'ont donné de bons conseils quand j'en ai eu besoin. Ce n'est pas pour me vanter ni pour exagérer, mais j'ai eu une chance énorme d'avoir une place comme ici.

    Je leur dois une fière chandelle et un gros merci du fond du coeur pour leur excellent travail, sans oublier mon intervenante préférée. Je la remercie infiniment. Merci aussi pour les délicieux repas et à tout le personnel qui m'a aidé et encouragé à aller jusqu'au bout.

    Merci à tous.

    Anonyme, résident fédéral sur la voie de la réhabilitation sociale